Il y a 80 ans, juin 40 à Saint-Nazaire et le drame du Lancastria par Michel Mahé

Saint-Nazaire vit l’été 1939 sans trop se préoccuper de la montée des risques de conflit.  On profite de l’été, des joies de la plage et de la baignade.
Ville de l’arrière, elle a vécu la Grande Guerre au travers des débarquements dans son port de troupes, de chevaux et de matériel :
120 000 anglais en 1915, des canadiens, puis plus de 200 000 Sammies entre juin 1917 et octobre 1918.
Elle a vu en 1914 les réfugiés du nord et de l’est affluer, puis de nombreux blessés être rapatriés dans ses hôpitaux.
Un quart de siècle plus tard, la ville s’apprête à revivre une situation identique.
sans-titre1
Le premier septembre 1939, l’Allemagne envahit la Pologne. Aussitôt est lancé l’ordre de mobilisation générale par voie d’affiches, le 2 septembre, relayé par la radio et les journaux nationaux et locaux qui emboitent le pas. Tous les hommes de 20 à 40 ans sont mobilisés. Partout en France, des affiches de mobilisation générale sont affichées dans tous les lieux publics.
En vertu du pacte d’assistance signé avec la Pologne, l’Angleterre déclare la guerre à l’Allemagne le 3 septembre à 11 heures suivie par la France à 17 heures. Les mobilisés partent ce même jour afin de rejoindre leur centre de recrutement
Rien ne sera fait pour aider réellement la Pologne qui après une vaillante résistance, capitule le 27 septembre après la bataille de Varsovie.
De septembre à octobre 1939, environ 40 000 personnes originaires du département du nord et de la région parisienne arrivent en Bretagne, particulièrement à Saint-Nazaire et dans les stations balnéaires proches, comme La Baule, Saint-Brévin et Pornic. C’est la première prise de conscience pour les Nazairiens que la guerre est bien commencée.
Dès les premiers jours de septembre 1939, les anglais débarquent par contingents entiers à Saint -Nazaire, avant de monter au front.
Les convois rapides, transportant les troupes, sont constitués d’une quinzaine de bâtiments, leur protection étant assurée par la marine britannique. En tout, 14 convois vont se succéder, le premier arrivant dès le 12 septembre, le dernier le 9 novembre. D’autre part, des convois plus lents transporteront du matériel de la mi-septembre 1939 à la mi-juin 1940.On en comptera 41 en tout.
Le port connait une activité intense. Les Tommies défilent dans les rues en sifflant : « Nous irons sécher notre linge sur la ligne Siegfried », avant de gagner leur camp de transit, avant leur envoi vers le front de l’est.
Des convois de véhicules en tous genres, chenillettes, canons, tanks traversent à grand bruit la ville après avoir été débarqués.
sans-titre5
   Les Royal Engineers, chargés de réceptionner troupes et matériel, mettent en place des camps de transit constitués de dizaines de baraquements, comme ici à Montoir-de-Bretagne, à la Touchelais près de Savenay, à La Berthelais (la Chapelle Launay). Le dépôt de véhicules est installé à Gron près de l’aérodrome.
 Les munitions stockées à la forêt du Gâvre. Le dépôt d’essence est au château de Blain.
A Saint-Nazaire, les anglais établissent un camp à l’école de Plaisance (future école Jules Ferry) pour stocker vivres et habillement.
Les hôtels de La Baule servent pour l’état-major, le casino devient hôpital. Un dépôt de nourriture est installé derrière les terrains de tennis du Country Club.
Enfin un cimetière militaire est édifié au lieu-dit « La ville Halgand »
Une fois les débarquements terminés et la plupart de nos alliés britanniques montés vers la ligne de front, Saint-Nazaire retrouve un certain calme qui persiste durant toute la première partie de la guerre.
Pendant ce temps, l’armée française « pourrit dans l’inaction » selon l’expression du général Beauffre. L’expression « la drôle de guerre » relevée dans le journal local  » La Presqu’ile » du 5 novembre 1939, est due à Roland Dorgelès. L’expression fait référence aux tout premiers mois de la guerre de 1939-1945 et désigne la période qui s’étend du 3 septembre 1939 au 10 mai 1940 (début de l’invasion allemande).
L’origine de l’expression résulte d’une méprise sur la signification du terme anglais « phoney war », « fausse guerre » (en effet, cette période se caractérise par une inaction des armées alliées sur le terrain, en attente d’ordres précis), que le correspondant de guerre français Roland Dorgelès aurait malencontreusement traduit par « funny war », « drôle de guerre » en français.
L’armée française participe à la bataille de Norvège du 9 avril au 10 juin. Malgré la prise de Narvik, les alliés décident l’évacuation en raison de la supériorité allemande.
Et c’est le coup de tonnerre du 10 mai 1940, l’armée allemande envahit la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas. Malgré la résistance des troupes alliées, l’avance allemande est inexorable.  Le concept du « Blitzkrieg », la « guerre-éclair », avec un rôle nouveau dévolu aux blindés, et superbement ignoré par l’Etat-Major français, porte ses fruits. On attend sur la ligne Maginot un ennemi qui opère une percée entre Sedan et Dinant, dans les Ardennes belges.
Après le rembarquement allié à Dunkerque, l’offensive reprend de plus belle vers le sud. Les allemands entrent dans Paris, déclarée ville ouverte, le 14 juin. Le gouvernement qui avait quitté la capitale pour Tours le 10 juin, prend la direction du sud et rejoint Bordeaux.
  C’est l’exode. Un flot de réfugiés envahit les routes, Hollandais, Belges, Français du Nord. Ce n’est plus du tout une évacuation organisée comme en septembre 1939. Ils sont 8 à 9 millions sur les routes de France.
A Saint-Nazaire et aux alentours, on essaie tant bien que mal de gérer cette situation, en recensant les réfugiés, en tentant de trouver des hébergements. On les loge tant bien que mal dans les écoles dont les classes s’emplissent de couvertures et de lits de fortune.
Le 12 juin, à 21h45, c’est le premier contact direct avec la guerre. Un avion allemand survole la ville et largue 2 bombes sur Penhoët sans faire de victimes mais causant de gros dégâts aux voies ferrées et au bâtiment de l’Energie Electrique de la Basse Loire. Les nazairiens savent encore si peu ce qui les attend qu’ils regardent le spectacle de leurs fenêtres.
Dès le 15 juin, les troupes anglaises, polonaises, tchécoslovaques refluent vers le port. A Saint-Nazaire doivent s’embarquer 15 000 britanniques du corps expéditionnaire, les personnels des dépôts et hôpitaux de la région ainsi que des soldats venant du Nord et de l’Est. Les rues de la ville sont encombrées par un afflux de camions, autos, motos et surtout d’hommes à pied. Dans un premier temps les habitants pensent que les Anglais sont là pour les défendre mais ils comprennent vite que les soldats quittent la France, abandonnant tout leur matériel qui sera saboté, ne gardant que leur arme personnelle.
 Dans la nuit du 15 au 16, un bruit continu parvient de la direction de Montoir. Les Anglais brûlent le matériel qu’ils ne peuvent emporter. Les voitures et camions britanniques, parquées à Gron, brûlent avec de hautes flammes qui font exploser les réservoirs d’essence et les stocks de munitions. Deux jeunes trignacais, qui avaient récupéré une moto anglaise intacte et l’avaient cachée dans un fossé pour la reprendre plus tard auront la désagréable surprise de ne pas la retrouver le lendemain… D’autres se seront servis !
Plusieurs grands paquebots sont annoncés pour le rapatriement des troupes. Mais, cette même nuit, des hydravions allemands larguent des mines dans le chenal des Charpentiers, seul point de passage pour les navires à grand tirant d’eau voulant atteindre Saint-Nazaire.
sans-titre6
 Le 16 à 1 h du matin, le paquebot Champlain quitte le port en direction de la Rochelle. Il est chargé de cuivre, de machines outils, de camions et d’avions en caisses. Il coulera après avoir heurté une mine magnétique en rade de la Pallice, Le 17 juin au matin.
Le même jour au matin, la drague La Coubre saute également sur une mine magnétique, trois morts sont à déplorer. Les embarquements britanniques commencent à bord de destroyers et de grands remorqueurs qui assurent le transbordement des soldats entre le quai de marée et les transports mouillés aux Charpentiers. Des soldats, sur la plage ou sur le boulevard de mer, assis sur la murette ou sur des bancs, attendent les nuées de canots qui viennent les chercher pour les conduire vers les navires. On compte sur rade environ 90 bâtiments britanniques et français, à la merci des bombardiers allemands. Il n’y a pas de possibilité d’accostage en eau profonde près du port. D’autre part, entrer et sortir par l’écluse serait une grande perte de temps et présenterait trop de risques.
Les premières attaques allemandes ont lieu le 16 juin en fin d’après-midi sans faire de dégâts.Le lundi 17 juin, l’embarquement des troupes britanniques se poursuit. Au lieu de 15 000 hommes ce sont plus de 40 000 soldats qui sont en train d’évacuer le port de Saint-Nazaire qui devient un nouveau « petit Dunkerque », (toutes proportions gardées car à Dunkerque on a évacué 338 000 hommes). Des destroyers ainsi que des remorqueurs font la navette entre le port et les navires sur rade, pour la plupart anglais.
Une première attaque aérienne allemande se produit à 13h48, le paquebot Oronsay , lui aussi empli de soldats déposés par le destroyer Highlander, est le premier touché, une bombe explosant sur le pont.
A 14h45, les sirènes du port se déclenchent pour la 2ème fois. Trois bombardiers Junker 88 se dirigent sur le paquebot Lancastria, mouillé en rade. L’embarquement a commencé vers 11 h et il est plein à craquer de soldats, ainsi que de nombreux civils. Certains chiffres font état de 9000 passagers qui s’entassent dans cet ancien navire de croisière prévu pour en accueillir 2500.
sans-titre9
Le Lancastria a été lancé en 1922 près de Glasgow. Il porte alors le nom de Tyrrhénia et appartient à la Cunard line. Il assure la ligne Londres New York. Mais on le nomme Lancastria en 1924, le nom initial étant trop difficile à prononcer pour les passagers.
Au moment de l’embarquement le 17 juin, son commandant, le capitaine Rudolph Sharp, attend les autres bâtiments pour partir en convoi et éviter le risque de torpillage par un U-Boat .
sans-titre8
 Le premier bombardier manque son objectif. Toutes les armes du bord font feu en direction des assaillants. Le deuxième bombardier lâche 4 bombes juste au dessus du paquebot. Elles atteignent toutes leur objectif, l’une dans la cale n° 2 où sont entassés 800 soldats, une autre dans une cale à mazout contenant 500 tonnes de carburant qui se répandent tout au long du navire formant une épaisseur d’une vingtaine de centimètres, une encore le long du bord, éventrant une des cales. Mais c’est la dernière bombe qui cause le plus de ravages, semblant tomber tout droit dans l’unique cheminée du paquebot (en fait ce n’est pas le cas) mais faisant exploser la chaufferie.
Lancastria 1

 Deux minutes après le passage des bombardiers, le Lancastria s’incline brusquement sur bâbord. C’est la panique. Stanley Bird se trouve à ce moment sur le pont du navire, et saute immédiatement à l’eau.  Il perdra son ami qui était descendu boire une bière dans un des ponts inférieurs, d’où les survivants tentent de remonter, aveuglés par la fumée et gênés par l’eau qui s’engouffre de partout. Beaucoup se jettent à l’eau et essaient de se raccrocher à ce qui flotte : canots, radeaux, planches et morceaux de bois, Frédéric Georges est de ceux-là. Avec trois autres soldats, il s’accrochera pendant des heures à un morceau de débris.  Il y a tant de personnes à la mer à la recherche d’un objet flottant qui peut leur sauver la vie, que les quatre hommes devront combattre d’autres survivants, ce qui hantera Frédéric pour le reste de ses jours.

Le Lancastria sombre en 24 minutes. Les équipages des navires alentour, des chalutiers, le navire pilote La Lambarde, des destroyers britanniques tentent de porter secours aux naufragés.sans-titre2
Malgré cela, des milliers de passagers du navire vont périr noyés. Sur une mer d’huile, couverte de mazout à perte de vue on aperçoit des cadavres, des rescapés aussi, couverts de brûlures et de fuel, qui seront débarqués à Saint-Nazaire et acheminés vers l’hôpital ou des écoles afin d’être soignés et nettoyés de leur gangue noire. De nombreux nazairiens s’associent au travail des sauveteurs débordés jusque tard dans la nuit.
Les habitants des villes côtières, de l’embouchure de la Vilaine jusqu’à la Gironde, recueilleront pendant des semaines sur les plages, les cadavres des malheureuses victimes. Après avoir fait leur toilette funéraire, on leur accordera une sépulture décente. Les familles leur en seront éternellement reconnaissante pour leur humanité et leur bonté.FB_IMG_victime Lancastria
Comme on vient de la voir, la vie de certains des rescapés ne tiendra souvent qu’à un morceau de bois. C’est le cas de Véra Tillyer, réfugiée belge, qui vient d’embarquer sur le navire, avec son mari Clifford qui maintient à flot leur fille Jacqueline, âgée de 2 ans, en serrant les vêtements de la petite fille entre ses dents. Pendant trois heures, ils tiennent, avant d’être secourus par le destroyer « Highlander ». Les marins du bord enroulent Jacqueline dans un de leurs pulls. Elle l’a toujours gardé et, comme ses parents, a survécu. Et cette femme, la plus jeune survivante de ce drame, s’est battue toute sa vie, encouragée par les vétérans du naufrage, en gardant le sentiment d’appartenir à une histoire oubliée par beaucoup.
L’évacuation des derniers soldats du corps expéditionnaire britannique se terminera le lendemain 18 juin, en milieu de journée.
 Après le naufrage, ce sont 2 477 rescapés de la catastrophe longtemps occultée qui regagnent l’Angleterre après avoir échappé à la mort.
Le capitaine Sharp, commandant du Lancastria, survit au naufrage. Il mourra à bord d’un autre navire le « Laconia », torpillé par un U-boat allemand le 12 septembre 1942. Cette autre tragédie fera 1600 victimes.
Cette catastrophe est la plus grande catastrophe maritime britannique. On estime à 4000 le nombre de victimes, en grande majorité des soldats anglais. Encore aujourd’hui, l’opinion publique britannique est peu sensibilisée à cette catastrophe qui fit 3 fois plus de victimes que le naufrage du Titanic ! En guise de reconnaissance, les familles n’ont reçu qu’un télégramme, arrivé bien souvent des années après le naufrage.
sans-titre3
Lorsqu’il apprend la nouvelle, Winston Churchill interdit aux journaux de publier l’information. Il ne veut pas démoraliser la population après le désastre de Dunkerque et se prépare à la bataille d’Angleterre. L’information sera révélée 5 semaines plus tard dans le New York Times.
Désormais, une bouée au large de l’estuaire de la Loire signale l’emplacement de l’épave qui se trouve à 15 km du port de Saint-Nazaire, à une profondeur de 26 mètres et culminant à 12 mètres sous la surface.  Elle se situe dans une zone soumise à de fortes marées et courants. Une grande partie du navire est encore intacte.
Celle-ci est considérée, depuis 2006, comme un cimetière marin, avec une zone de protection et d’exclusion de 200 mètres, autour de la zone du naufrage.
Lancastria 2Lancastria 3
Avant cette date, les plongeurs pouvaient y fouiller librement et ramenaient régulièrement des objets. Les pêcheurs remontaient souvent des ossements dans leurs filets.
Bien que les associations créées par les victimes du naufrage et leurs familles souhaitent que, par le biais de la loi de 1986 sur la protection des souvenirs militaires, le lieu soit sanctuarisé,  le gouvernement britannique explique ne pas pouvoir requalifier le site en tant que cimetière militaire,  étant donné qu’il se trouve dans les eaux territoriales françaises. Quant aux circonstances du naufrage, elles sont toujours sous secret militaire jusqu’en 2040 !
Le 17 juin de chaque année, à l’initiative de l’association écossaise The HMT Lancastria Association, une délégation de survivants et de membres des familles de victimes, vient s’y recueillir à bord de navires en déposant des gerbes de fleurs sur l’eau.  Une cérémonie a lieu également au mémorial de Saint-Nazaire.
Cette année du 80e anniversaire de la catastrophe, compte tenu de la  pandémie et des mesures sanitaires prises par le gouvernement français, elle se déroulera en présence de 10 personnes maximum.
Lancastria 4
En France, cinquante-trois cimetières entre Brest et Soulac, dont seize cimetières en Loire-Atlantique et vingt en Vendée, abritent les sépultures des victimes.
Outre Saint-Nazaire, des monuments commémoratifs ont été érigés aux Moutiers-en-Retz et à la pointe Saint-Gildas à Préfailles, et depuis 2019, à Noirmoutier.
sans-titre7
  Au Royaume-Uni, un mémorial a été inauguré le 1 1er octobre 2011, à Clydebank, près de Glasgow, ainsi qu’une maquette du navire le 22 juin 2013, (site occupé en 1922, par le Chantier naval William  HYPERLINK  où le navire a été construit). Un autre mémorial se trouve au National Memorial Arboretum à Alrewas près de Lichfield,  dans le Staffordshire.  Un vitrail commémoratif, se trouve dans l’église St Katharine Cree, à Londres. On trouve aussi dans cette église la cloche du navire, qui porte son nom initial.
sans-titre4
 L’évacuation des derniers soldats du corps expéditionnaire britannique se terminera le lendemain 18 juin en milieu de journée.
Bibliographie et sources :
Archives départementales de Loire-Atlantique (presse locale)
Archives municipales de Saint-Nazaire
Archives Roland Robert
SNAT-Ecomusée Saint-Nazaire
Saint-Nazaire et le mouvement ouvrier, AREMORS, tome 3
Les grands naufrages de l’estuaire de la Loire, Emile Boutin
Saint-Nazaire 1939/1945, Daniel Sicard
Saint-Nazaire 1939/1940, Luc Brauer
Article Ouest France du 17/06/2015 sur la dernière survivante du Lancastria,Jacqueline Tanner
Article de la revue « Third Age Matters » février 2020
Documents personnels

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *