Le néflier par Yves-Marie Allain

Jardin médiéval des Caves – Montoir-de-Bretagne

Néflier – Mespilus germanica – néflier des bois ou meslier.

Néflier avril 2020 3 DSC_0015

Planté il y a quelques années dans le cadre du jardin médiéval des Caves, le néflier des bois, meslier ou mesperenn en breton, a pris sa place avec sa floraison de printemps et ses fruits à la fin de l’été.

Néfier oct 2020

Le néflier – Mespilus germanica – de la famille des Rosacées comme les pommiers, poiriers, cognassiers, etc., est un petit arbre pouvant atteindre 4 à 5 mètres de hauteur. Son nom vient du grec mespilos qui désignait déjà le même arbre, le néflier, chez Théophraste au IVe siècle av. J.-C.
Si de très nombreuses variétés se rencontrent dans la nature, une seule espèce botanique existe, germanica, bien qu’elle ne provienne pas de Germanie, mais du Caucase, d’Iran et des montagnes du Turkménistan. Introduit en Europe puis en France durant l’antiquité, le néflier s’est naturalisé et se trouve un peu partout surtout dans le centre et l’ouest du pays. Ses milieux de prédilection sont les bois, haies, les lisières forestières. Le néflier est associé aux plantes des hêtraies-chênaies et chênaies acidiphiles.
Espèce de plein soleil ou demi-ombre, thermophile, de croissance lente, sa durée de vie maximum est de l’ordre de 150 ans. Les feuilles sont grandes de 5 à 12 cm de longueur, mates dessus, duveteuses dessous.
Les fleurs apparaissent en avril-mai, solitaires, terminales, régulières, sont également grandes (3-4 cm de diamètre), blanches parfois teintées de rose.

Néflier avril 2020 2 DSC_0016

Néflier avril 2020 DSC_0019

Les fruits, parfois appelés « cul de chien », sont récoltés en octobre-novembre. Mais pour les consommer, il est indispensable de les mettre à blettir sur un lit de paille dans un endroit frais et aéré pendant 3 à 5 semaines.

Néfier 2 oct 2020

Néflier 3 oct 2020

Pendant longtemps, ce petit arbre aux fruits toniques et astringents avec des feuilles également astringentes, fut surtout considéré comme une plante médicinale et c’est dans cette rubrique qu’il est classé au Moyen-Age. Il figure dans le capitulaire De villis de Charlemagne, datant de l’an 795. Il était cultivé dans nombre de monastères dont, en 820, celui de Saint-Gall (Suisse). Hildegarde au XIIe siècle recommande son emploi contre les fièvres. Il est à noter que dans l’ouvrage de La Quintinie paru en 1690, le néflier ne figure pas parmi les espèces fruitières du Potager du roi, celui de Louis XIV.

Au début du XXe siècle, des médecins expérimenteront l’emploi des fruits et des feuilles de néflier sur leurs patients. Il sera confirmé qu’il est possible de lutter contre les diarrhées avec des sirops ou des marmelades à base des fruits, ce qui « régularise les fonctions intestinales ». Avec une décoction de feuilles, prise sous forme de gargarismes, permet de lutter contre les aphtes et les inflammations de la gorge.
En dehors d’une pharmacopée traditionnelle, le néflier aura quelques autres utilisations, plus guère d’actualité, comme la fabrication de cannes et manches de parapluie, ou en tabletterie car son bois, fin et homogène, est dense, dur, prenant un beau poli de rougeâtre clair parfois flammé au cœur de rouge-brun.

Bien que le néflier ne soit pas entré dans la catégorie des fruitiers les plus nobles, il est entré dans des proverbe et expressions populaires.
Proverbe : « Avec le temps et paille, les nèfles mûrissent », c’est-à-dire que l’on vient à bout de bien de choses avec du soin et de la patience. Quant à l’expression « on vous donnera des nèfles », il s’agit d’un refus à quelqu’un qui demande quelque chose de trop beau ou de trop cher. L’expression prend parfois un tour encore plus direct « Des nèfles », ce qui signifie une réponse négative et ironique à une demande jugée excessive. Autrefois « des nèfles » étaient associées également à « peu de chose », à « rien du tout ».
Quoiqu’il en soit, la plantation d’un néflier dans votre jardin, donnera une note de beauté au moment de sa floraison et une redécouverte des bienfaits naturels des végétaux.

Guy Nicoleau pour les photos
Yves-marie Allain, pour le texte
Octobre 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *